Février-mars 2016

Ejokonoï

Aidons le Turkana

Février-Mars 2016:

Bonjour tout le monde!

 

Les mois de février et de mars nous ont rappelé que nous évoluons au Turkana dans un environnement hostile.

Nous avons aussi pu constaté le peu de stabilité des choses ici.

 

Nous avons tout d’abord deux bonnes nouvelles. D'une part, l'arrivée de Martin, notre nouvel infirmier espagnol, qui est désireux de rester à Lobur pendant une longue saison. Deuxièmement, notre traductrice Josephine est de retour. Elle avait du partir avec sa petite fille de deux mois, qui avait de fortes fièvres. Aujourd’hui l’enfant va mieux, et elle a pris du poids. La famille de Joséphine a voulu remercier la mission pour l’aide qu’elle leur a apporté, en nous donnant une chèvre.

Nous pouvons parfois aussi compter sur l’aide de Robert, un étudiant en soins infirmiers originaire du Turkana, dont nous apprécions la façon de travailler. Nous verrons dans l’avenir si nous pouvons travailler avec lui.

 

Nous avons effectué en février les cliniques mobiles de Lomanakeju, Kangkala, Meyan, Lokomarinyang et Maisa, et en mars celles de Lomanakeju, Kangkala, Meyan, Maisa et Liwan. Nous avons eu un entretien avec les stagiaires de « Furrows in the desert » (programme d’agriculture co-géré par la mission MCSPA et des équipes Israéliennes, ndlr), sur le VIH. Nous avons pu répondre à leurs doutes, et à certaines idées fausses sur cette infection. Nous avons insisté sur l’importance de l’usage des préservatifs pour lutter contre cette pandémie. Ces échanges ont été très dynamiques, et tous les interlocuteurs étaient très reconnaissants. Nous espérons peu à peu gagner leur confiance, pour pouvoir poursuivre les dépistages et mettre en place des traitements lorsque nécessaire.

 

En milieu de mois, nous avons assisté à la première réunion du SCCRR (Shalom Center for Conflict Resolution and Réconciliation) à Kokuro. Cette équipe travaille dans le nord du Kenya pour aider à réaliser la paix entre les tribus, les conflits éthniques étant actuellement l’un des plus graves problèmes dans la région. Cette rencontre a été très intéressante, les populations ont été très participatives. De nouvelles réunions sont prévues au mois de juin.

 

Nous avons été confrontés à plusieurs morsures de serpents et de scorpions. Un cas nous a inquiété initialement, l’homme ayant été mordu à 2 reprises par un gros serpent, mais son état s’est rapidement amélioré, et il a pu marcher de nouveau le lendemain. Nous avons du transférer un enfant en raison d’une morsure de serpent, car son état se détériorait malgré les soins. Aujourd’hui il va mieux, nous attendons qu’il soit complètement guéri. Nous sommes chaque jour impressionnés par la force innée des Turkana.

 

Nous avons 3 autres cas qui ont nécessité un transfert : une suspicion de miliaire tuberculeuse, une épisiotomie compliquée, et un ulcère évolué, de plus de 6 mois, dont la cause était incertaine. Malheureusement, ces trois personnes ont décidé au dernier moment de rester dans leur village. Nous ne savons pas si c’est à cause d’une peur de l’inconnu, de croyances personnelles qu’ils ne trouveraient pas de remèdes et qu’il s’agissait d’une perte de temps, ou à cause de la longue attente : souvent plus d’une semaine avant de trouver un véhicule pouvant se rendre à Lodwar ou à Kaikor. Nous restons toujours compréhensifs, et respectons leur décision, mais nous sommes frustrés de voir qu’ils ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin.

 

Nous avons assisté un accouchement qui s’est bien passé. Tout s’est passé en douceur pour la mère et le bébé. Nous remercions sincèrement la mère d’avoir décidé de compter sur notre soutien pour cette période délicate et merveilleuse, et nous nous réjouissons de pouvoir aider d’autres accouchements dans le futur.

 

Au final, nous avons connu ce mois beaucoup de changements, des difficultés, mais beaucoup d’apprentissage.

 

Vievement avril !

A très vite

 

Martin, Séphora et Ana.

 

 

Ejokonoï est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901. Parution au JO du 15 juin 2013.

Association Ejokonoï