avril-mai 2014

Ejokonoï

Aidons le Turkana

Avril/mai 2014

Voici quelques nouvelles que nous transmettent régulièrement Emiliano et Teresa, les 2 infirmiers espagnols actuellement en charge du projet de la clinique mobile au Turkana:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La clinique mobile:

 

 

Durant le mois d'avril, la clinique mobile a visité les villages suivants:

  • Nalempetet
  • Nalemsecom
  • Maisa
  • Lokomaranyan
  • Maisa (far) : une nouvelle grande communauté de nomades qui s’est installée près de Maisa, non pas à l’endroit où est installée la précédente communauté, mais un peu plus loin.
  • Liwan
  • Meyan

 

 

 

 

 

 

Nous n’avons pas pu nous rendre à Kibish en raison d’un problème de transport. Nous avons eu une réunion avec le Ministère de la santé qui nous a expliqué qu’à Koyasa, le dispensaire était actif. Et qu’à Kibish, l’infirmier de l'armée s’occupe aussi de la population civile. Il est certain cependant qu’il faut tenir compte du fait que ça peut se passer comme à Kokuro (notre dispensaire le plus proche) où l’infirmier, qui a été absent jusqu’à il y a peine deux semaines, est à nouveau reparti à ce jour.

 

 

Brian, notre nouveau Clinical Officer (praticien kenyan) commence

à s’habituer et à s’adapter à sa mission. Il est attentionné avec les malades.

 

 

Durant le mois de mai, la clinique mobile a visité les villages suivants:

  • Nalempetet
  • Nalemsecom
  • Maisa
  • Maisa (far)
  • Liwan
  • Kijiji
  • Meyan

 

Les autres cliniques n’ont pu être réalisées car nous avons dû voyager avec trois patients à Lodwar.

 

Nous avons continué à aller à Napeikar trois fois par semaine.

Nous avons eu d’importantes réunions avec les anciens concernant les divers problèmes rencontrés. Nous avons évoqué avec eux l’hygiène et la problématique des médicaments, entre abus et mauvaise utilisation. Nous avons parlé également de l’engagement de la communauté envers le projet, et de la nécessité d’apprendre à être responsable de sa propre santé. Les retours de ces discussions ont été très positifs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons rencontré toujours plus de soutien, particulièrement de la part de nos patients et des mères. Ils sont toujours attentifs à ce que tout se passe bien pendant que nous sommes présents, ce qui rend notre intervention d’autant plus agréable.

 

 

Cas traités:

Le père de Lochurruta est toujours à Eldoret, il a été opéré déjà quatre fois de la jambe. La bonne nouvelle c’est qu’il revient d’ici une semaine, en vie et avec sa jambe !

 

Les trois autres cas que nous avons dû transférer concernent trois femmes pour lesquelles les diagnostics n’ont pas été très favorables. Elles souffraient toutes les trois beaucoup quand nous les avons rencontrées et nous avons eu la chance que l’avion soit disponible à Lobur. Nous en avons profité pour les transporter en avion à Lodwar pour faire les examens, en évitant ainsi les mouvements de la voiture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux plus âgées ont un cancer, différent pour chacune, mais le pronostic n’est pas bon. L’une d’entre elles est déjà de retour chez elle à Napeikar. Albert lui a donné un matelas et nous allons lui rendre visite tous les jours. Pour le moment, elle va bien, mais nous craignons le jour où nous ne pourrons plus contrôler la douleur, car ici il n’y a pas de morphiniques. La deuxième est toujours en observation à Lodwar.

 

Regina, qui est de retour chez elle et à qui nous rendons visite de temps en temps.

 

 

 

 

La troisième patiente est une jeune femme d’une vingtaine d’années qui ne peut plus marcher depuis neuf mois. A Lodwar, ils nous ont indiqué que c’était musculaire et qu’elle avait seulement besoin de massages. Puis, en envoyant les radiographies en Espagne, il s’est avéré qu’il fallait lui administrer un traitement intra-hospitalier, ce qui ici, au Turkana, exige une confirmation médicale, que nous ne réussissons pas à obtenir, pour que le Gouvernement délivre le traitement. Nous sommes donc en train de réfléchir à comment résoudre le problème.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bonnes nouvelles…

Le bébé de Escolastica (la cuisinière) s’appelle Isabel, elle est née dans la maison de Mary. Etaient présentes pour la naissance Mary, Escolastica (évidemment) et Teresa. L’accouchement était magnifique, et la petite est adorable. Trois autres femmes enceintes ont donné naissance à leur enfant et les trois sont saines.

 

 

Merci…

 

Merci à vous tous qui nous suivez de l’autre côté, qui nous soutenez d’une manière ou d’une autre, et qui pensez à nous ; merci de continuer à appuyer ce projet.

 

Nous vous embrassons,

 

 

Teresa y Emiliano.

 

Ejokonoï est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901. Parution au JO du 15 juin 2013.

 

Ejokonoï est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901. Parution au JO du 15 juin 2013.